Aurora Borealis

Découvrir les aurores boréales

Qu'est ce qu'une aurore boréale ?

Les aurores boréales nous captivent depuis des siècles. À travers l'histoire, dans les régions sauvages de la planète, les hommes ont toujours regardé avec émerveillement les bandes irisées de couleur verte, rouge, jaune, rose, violette et blanche tourbillonnant dans le ciel nocturne.

Nous avons attribué la cause des aurores aux dieux, aux esprits et aux créatures magiques. Mais nous savons qu'elles sont le résultat du choc entre des particules de très haute énergie en provenance de l'espace et du soleil, et notre champ magnétique terrestre. Le soleil émet un flux constant de particules chargées appelé vent solaire, et ces mêmes particules sont également éjectées de sa surface pendant les éruptions solaires. Lorsqu’elles entrent en collision avec le champ magnétique de notre planète, elles sont envoyées dans l'atmosphère – entre 100 et 400 km au-dessus de nos têtes – où elles produisent une grande variété de formes et de couleurs.

Les aurores apparaissent souvent d'abord sous la forme d’un arc, s'étirant d'est en ouest à travers le ciel. Au cœur de la nuit, elles peuvent se développer sous forme de banderoles ondulantes, de sphères de forte intensité, d'une couronne de rayons provenant d'un point élevé dans le ciel ou de taches de lumière disséminées. Les aurores sont d'autant plus fascinantes que leur apparence peut changer énormément au cours d'une seule nuit.

Ceci étant dit, on peut également observer des aurores dès août et jusqu'en avril

À la recherche des aurores boréales

Si l'on pouvait voir les aurores boréales de l'espace, elles apparaitraient en dessous du pôle Nord comme un halo autour de la terre, traçant un chemin à travers le centre de l'Alaska et le Canada, le Groenland, l'Islande et le nord de la Scandinavie et de la Russie. Au cours de l'histoire, des aurores à des niveaux d'activité importants ont été aperçues dans le monde entier, mais ces pays restent le meilleur endroit pour les voir.

L'Islande est l'une des destinations les plus magiques pour découvrir les aurores boréales. À Reykjavik – capitale la plus septentrionale du monde – on peut en apercevoir 280 jours par an.

Ici, la meilleure période pour observer les aurores est d'octobre à mars. Pourquoi en hiver ? Il est plus facile de voir des aurores boréales au plus fort de l'hiver car les nuits sont plus longues et en raison du froid glacial, moins de vapeur d'eau obscurcit les cieux. Ceci étant dit, on peut également observer des aurores dès août et jusqu'en avril.

3-day Solar Forecast

Il est impossible de prédire les aurores avec précision, mais l'activité géomagnétique – mesurée par l'indice Kp – indique quand les aurores sont le plus susceptible de se produire. Plus l'indice Kp est élevé, plus il y a de chances d'en observer. Un indice de 8 ou supérieur est très rare, et bon nombre des photos présentées ici ont été prises alors que l'indice Kp était faible.

Voici une prévision de l'indice Kp pour les trois prochains jours. Plus vous êtes au sud, plus l'indice doit être élevé. En Islande, un indice de 3 est signe que vous pourriez avoir de la chance !

00:00 03:00 06:00 09:00 12:00 15:00 18:00 21:00
D 5 5 5 5 5 5 5 5
D+1 5 5 5 5 5 5 5 5
D+2 5 5 5 5 5 5 5 5

Puisque la luminosité des aurores est un million de fois plus faible que la lumière du soleil, on ne peut pas les voir pendant la journée. Il est plus facile de les observer entre 21h00 et 2h00. Si vous avez le sommeil lourd, sachez que de nombreux hôtels offre un service de réveil en cas d'apparition d'une aurore.

Les conditions météorologiques sont cruciales. Il faut un ciel dégagé, et une petite lune permettra de repérer plus facilement la lueur de l'aurore. Vous aurez plus de chances d'en voir si vous vous éloignez de la pollution lumineuse, toutefois il est possible de voir les aurores très vives en ville et même à travers des nuages peu denses.

Vous pouvez également vous assurer que vos vols aller et retour se déroulent de nuit car les avions volant à haute altitude offrent certaines des meilleures vues des aurores.

Les voyages et les visites abondent, mais l'Islande est l'un des meilleurs lieux pour voyager en toute autonomie afin de découvrir les aurores, sans devoir suivre aucun itinéraire. De nombreux visiteurs louent une voiture pour une nuit et quittent Reykjavik pour s'aventurer dans la nature. Plus vous allez vers le nord et plus les nuits sont longues, ce qui augmente vos chances d'apercevoir une aurore. La région des fjords de l'ouest dans le nord-ouest est une destination populaire pour cette raison. Le Parc national de Thingvellir est aussi un bon choix, tout comme la zone géothermique de Landmannalaugar.

Cochez toutes ces cases et il ne vous reste plus qu'à croiser les doigts, vous emmitoufler, vous installer confortablement et attendre que le spectacle commence.

Qu'est-ce qui déclenche les aurores boréales ?

Les aurores se produisent lorsque le vent solaire exerce une poussée contre la magnétosphère – région de l'espace contrôlée par le champ magnétique terrestre – et envoie des particules chargées (électrons) à grande vitesse dans l'atmosphère. Comme des écoliers excités, les particules percutent les particules d'oxygène et d'azote, transférant leur énergie dans les deux gaz.

L'oxygène et l'azote ne conservent pas cette énergie mais la reperdent sous forme de photons – de petits éclairs de lumière. Lorsque suffisamment de particules bombardent l'atmosphère, l'oxygène et l'azote émettent tellement de lumière que nous pouvons la voir ici sur place.

D'où viennent les différentes couleurs ?

Les gaz de l'atmosphère terrestre produisent différentes couleurs de lumière, selon leur type et leur hauteur dans l'atmosphère.

La couleur la plus courante – un jaune verdâtre pâle – apparaît lorsque les particules de très haute énergie frappent les molécules d'oxygène à environ 100 km de hauteur. L'oxygène à des altitudes plus élevées (environ 125 km au-dessus de nos têtes) nous donne des aurores rouge rubis.

L'azote à des altitudes plus faibles produit une lumière bleue et, lorsque les particules entrent en collision avec ce gaz à une altitude plus élevée, elles produisent de magnifiques nuances mauves et violettes. Le mélange de ces couleurs dans le ciel crée également des roses et des blancs.

Simulateur d'aurores boréales : Créez votre propre aurore

Différents facteurs influencent la couleur et la force de l'aurore. Réglez les cadrans ci-dessous pour voir comment chacun influence l'apparence de l'aurore.

L'indice Kp est une échelle d'activité géométrique allant de 0 à 9. Plus le chiffre est élevé, plus l'énergie solaire sera forte et plus vous aurez de chances de voir une aurore !

THIS BROWSER DOES NOT SUPPORT THE CANVAS ELEMENT
Oxygène/nitrogène
Altitude
Indice KP

Qu'est-ce qui influence la forme et l'intensité des aurores ?

Si vous avez de la chance, vous pourrez voir des aurores boréales s'éclairer soudainement et sembler danser de manière spectaculaire à travers le ciel. Les scientifiques savent depuis longtemps que ce spectacle plein d'énergie est causé par des sous-orages dans l'espace, mais ils n'ont aucune certitude quant à l'élément déclenchant. Tout récemment, une mission de la NASA a découvert que les lignes de champ magnétique entre la terre et le soleil se rejoignent parfois, libérant une décharge d'énergie qui alimente les électrons dans des vagues encore plus rapides en direction de la terre.

Partir à la découverte des aurores boréales est devenu plus populaire que jamais au cours de ces dernières années. Cela vient du fait que l'année 2013 était l'apogée du cycle solaire – période récurrente de 11 ans pendant laquelle le soleil devient de plus en plus actif avant que son activité ne diminue à nouveau. En 2013, des scientifiques ont prédit que les taches solaires seraient à leur maximum et que les éruptions solaires libèreraient de puissantes décharges d'énergie dans l'espace.

Mais si vous n'avez pas encore réussi à voir une aurore boréale, ne vous en faites pas. 2013 n'a finalement pas été le fort pic annoncé et de plus, le cycle du soleil n'est pas un très bon indicateur prévisionnel du nombre et de la force des aurores.

Les prévisions restent impossibles. Bien que nous puissions suivre une aurore lorsqu'elle se produit et comprendre à peu près comment elle fonctionne, nous n'avons toujours aucune certitude quant au moment et au lieu où elle apparaît.

Bien sûr, notre relation avec les aurores boréales remonte à la nuit des temps, bien avant que la science les explique.

L'histoire des aurores boréales

Les scientifiques n'ont commencé à fournir des explications sur les aurores boréales qu'à l'époque moderne. Benjamin Franklin les observait lors de ses voyages à travers l'Atlantique à la fin des années 1700. Il avait développé une théorie selon laquelle les aurores étaient causées par des charges électriques se concentrant dans les régions polaires. Il pensait que la charge devait augmenter jusqu'à ce qu'elle soit puissamment libérée dans l'air, illuminant ainsi le ciel.

Il avait plus ou moins raison en ce qui concerne l’aspect électricité, mais ce n'est que lorsque le scientifique norvégien Kristian Birkeland effectua une série d'expérience au début des années 1900 qu'une théorie complète fut élaborée. Birkeland avait compris que les aurores étaient causées par un courant magnétique qui circulait à travers les gaz de la haute atmosphère.

Bien sûr, notre relation avec les aurores boréales remonte à la nuit des temps, bien avant que la science les explique. Les motifs en spirale sculptés sur les parois des grottes il y a plus de 30 000 ans pourraient être la première représentation de ce phénomène.

La première description écrite des aurores remonte à 2600 avant J.-C. en Chine : « Fu-Pao, mère de l'empereur Jaune Shuan-Yuan, vit un puissant éclair se déplacer autour de l'étoile Su, appartenant à la constellation de Beidou, et l'éclair illumina toute la région. »

Les Chinois ont continué à rapporter des spectacles rares, les aurores étaient mentionnées partout, dans les textes vikings comme dans l'Ancien Testament, mais ce fut le philosophe grec Aristote qui le premier décrivit l'apparence des aurores en détail. Dans son livre, Météorologiques, publié il y a plus de 2350 ans, il décrit « les nuages brillants » et une lumière qui ressemble à des flammes de gaz combustible.

Les siècles ont passé et les mystérieuses aurores ont continué sans qu'on ait pu leur donner de nom. Enfin, dans les années 1600, Galilée et Pierre Gassendi les observèrent dans toute leur gloire. Ils qualifièrent ce phénomène d'aurore boréale, ou aurore polaire, d'après Aurora, déesse romaine de l'Aurore, et Boreas, nom grec du vent du nord.

Récits anciens sur les aurores

Ce sont les civilisations du nord qui ont vu la plupart des aurores boréales. Sans explication scientifique, leur stupéfaction et leur inquiétude se sont transformées en mythes et légendes alors que ces peuples cherchaient à déchiffrer le sens de ces jeux de lumières.

Ce phénomène mystérieux a souvent suscité de la peur. Les aurores ont longtemps été considérées comme un présage funeste, peut-être en raison de leur lueur rouge sang. Des présages de guerre ont été décrits en Pologne, Prusse, Allemagne, Danemark et Estonie, et parmi le peuple sami ou lapon. En Norvège, les gens étaient entièrement soumis aux aurores. Les gens ne faisaient pas de signe de la main, ils ne sifflaient pas et ne fixaient pas les aurores du regard, de peur qu'elles ne descendent et les touchent... avec des résultats indésirables.

D'autres tribus percevaient un côté bien plus joyeux dans les aurores. Les Inuits les imaginaient comme des âmes en train de jouer, se servant d'une tête de morse comme ballon. Dans le folklore des Esquimaux de l'est du Groenland, les lueurs brillantes sont l'âme des enfants tués ou mort-nés. Elles sont appelées alugsukat, ce qui signifie naissance secrète.

Les anciens récits finnois parlent d'un renard polaire allumant des feux en frottant sa fourrure sur la neige, provoquant des étincelles qui s'envolent dans le ciel. À ce jour, le phénomène est appelé revontulet, ce qui signifie renards de feu.

Selon le folklore islandais, si une femme enceinte regarde une aurore boréale, son enfant louchera à la naissance.

Les Chinois voyaient des serpents dansant dans les cieux, et les tribus amérindiennes attribuaient les aurores à diverses choses, dont l'esprit des chasseurs morts, un gentil géant attrapant des poissons dans la mer et des feux allumés par des gnomes.

De nombreux peuples croyaient que les aurores boréales pouvaient avoir une forte influence sur eux.

Ainsi dans les cultures chinoise et japonaise, on croit toujours qu'un enfant conçu sous une aurore recevra chance et beauté.

Selon le folklore islandais, si une femme enceinte regarde une aurore boréale, son enfant louchera à la naissance. Ceci étant dit, les Islandais croient également que les aurores soulagent la douleur de l'accouchement.

Les gens du nord de la Suède pensent que les aurores ont été créées par d'immenses bancs de harengs – spectacle impressionnant destiné aux pêcheurs espérant une bonne pêche.

De nombreuses tribus esquimaudes et amérindiennes sifflaient pour que les aurores se rapprochent afin de leur murmurer des messages à l'attention de leurs défunts.

Prédire le moment et l'apparence des aurores demeure hors de notre portée. Une nuit, ce peut être une forme vert blanchâtre si pâle et si dispersée dans le ciel qu'on pourrait la confondre avec des nuages ; la nuit suivante, ce peut être une forme rouge, violette et suffisamment brillante pour qu'on puisse lire. Mais comprendre la cause des aurores et savoir où elles sont le plus susceptible de se produire ne les rend pas moins spectaculaires.

Lorsque vous êtes blottis dans la neige, enroulés dans des couvertures à attendre votre première aurore, n'oubliez pas que c'est cette qualité insaisissable qui entretient la magie des aurores et ce qui rend cette observation si spéciale.

Références :

Causes of Colour: Auroras - Causes of Colour: Folklore - Telegraph: The northern lights - Trip of a Lifetime - Telegraph: Northern Lights: celestial dancers or the souls of fallen warriors? - iHeartReykjavik: The ultimate guide to Northern Lights in Reykjavík - Northern Lights Centre: Northern Lights or Aurora Borealis Explained - NASA: Auroras - Ewebtribe.com: Legends and Folklore of the Northern Lights - Spaceweather.com: News and information about meteor showers, solar flares, auroras, and near-Earth asteroids - Wanderlust: 5 strange Northern Lights myths - NASA: NASA - The History of Auroras - The Museum of Unnatural Mystery: Seven Wonders of the Natural World - Northern Lights - Native Languages: Native American Indian Legends and Myths about the Northern Lights (Aurora Borealis) - University of Alaska-Fairbanks: Why are there Colors in the Aurora? - How Stuff Works: What causes auroras? - How Stuff Works: How does the aurora borealis (the Northern Lights) work? - Anthropolis: Arctic Library - Causes of Colour: The Cause - Guide to Iceland: Northern Lights in Iceland | When & Where to See the Aurora - University of Tromsø: The Northern Lights - where, when and what. - Discover Magazine: How the Aurora Borealis Nearly Started World War III - The Crux - Everyday Mysteries: What are the northern lights? - Huffington Post: Iceland's Northern Lights, Demystified by Cynthia Ord - NASA: Aurora - Fabled glowing lights of the sun-earth connection -